La carte olfactive

J’ai toujours pensé que les femmes sont plus olfactives et les hommes plus visuels dans la recherche d’un(e) partenaire sexuelle. Mais l’un n’exclut pas l’autre évidemment. Un beau monsieur qui sent bon, eh bien, pour moi, c’est plus qu’attirant, c’est même excitant !

La carte olfactive

L’industrie du parfum le sait et l’exploite bien ! À coups de milliards par année !

Moi, la maniaque du parfum me suis mise à la lecture sur le sujet. L’olfaction, les phéromones, un vaste domaine qui est encore très peu connu à ce jour.

Les études ont prouvé à plusieurs reprises que la femme a un sens d’odorat plus développé que celui de l’homme. Sur le plan anatomique, à masse égale, le bulbe olfactif féminin contient 43 % plus de cellules nerveuses que son confrère masculin. De plus il est modulé constamment par le milieu hormonal. Juste à penser à notre patiente enceinte qui a la nausée avec certaines odeurs, on le voit bien en clinique. Et l’ovulation multiplie l’olfaction par dix ! La période de chasse pour le partenaire. On sait aussi que cette capacité de sentir s’altère avec certaines maladies dont les Maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

Le nez serait capable de percevoir près de un trillion d’odeurs différentes. Encore là, la femme serait plus habile à identifier, discriminer et mémoriser les odeurs. Mais à ma grande surprise j’ai appris que les phéromones sont inodores !! Ces molécules sont sécrétées principalement dans les aisselles et organes génitaux chez les humains. Ces particules aériennes seraient perçues par notre bulbe olfactif accessoire, le voméronasal.  Cet organe est quasi absent et rudimentaire, dans la portion antérieure du nez. Il est directement connecté à l’hypothalamus sans passer par le bulbe olfactif principal. L’odeur, en général, va directement à la zone des émotions du cerveau. L’olfaction est finalement toute une expérience corporelle car elle produit un effet inconscient important.

Avec l’ouïe, l’olfaction est un sens toujours activé, jamais fermé. Dr Alan Hirsch, neurologue et psychiatre de Chicago, est un spécialiste mondial du nez. Ses études ont démontré que les odeurs modifient le comportement humain. Ainsi des mauvaises odeurs nous rendent plus agressifs, certaines nous calment et d’autres peuvent même améliorer notre performance. Alors quand on dit: « lui, je ne peux pas le sentir », il est possible que l’on soit agressé. D’autres études avancent que peut-être la génétique de cette personne est trop similaire à la nôtre, conclusion: ce candidat n’est pas un bon choix pour la reproduction. Il est possible que cette personne dégage une odeur par le stress de notre présence et exprime son propre inconfort. Qui sait ?

Cela étant dit j’arrive à la carte olfactive. Cette carte « imaginaire » un peu comme notre « lovemap » nous apporterait différentes émotions et sensations selon la zone humée chez notre partenaire. Pour discuter, ouvrir le dialogue, il suffirait de renifler la paume de ses mains. Pour obtenir du réconfort, il faut loger notre nez dans son cou ou entre ses seins. Respirer sa chevelure nous aiderait à nous remonter le moral. Pour l’affection, l’aisselle est choisie et évidemment l’excitation sexuelle arriverait par l’odeur dégagée des organes génitaux. Vrai ? je n’en sais rien.

 

Scientifiquement le monde des odeurs est mystérieux. De plus il est très difficile à analyser tant il est complexe et multifactoriel. Il fait appel à notre cerveau primitif et l’instinct. Il touche au monde des souvenirs, des émotions, des comportements et de la reproduction. Indéniablement, il demeure primordial à notre survie en tant qu’ individu et espèce animale.

 

Dre Élaine Bérubé

Partagez ce conseil santé!

Retour à la liste de conseils santé