Testez vos connaissances sur le TDAH adulte

Le TDAH ou trouble du déficit d’attention avec ou sans hyperactivité, une problématique que nous croyions réservée aux enfants, est de plus en plus reconnue chez l’adulte. Dans les 10 dernières années, les recherches scientifiques se sont multipliées pour démontrer que cette condition ne disparaîtrait pas à l’âge de 18 ans comme on le croyait. En effet, environ 60% des enfants et ados souffrant d’un TDAH demeureraient symptomatiques à l’âge adulte et doivent continuer leur traitement.

Testez vos connaissances sur le TDAH adulte

Dans la population canadienne, on estime la prévalence du TDAH à

4.4% chez les plus de 18 ans. Par contre, seulement environ 10 % de

ces personnes recevraient des traitements adéquats. Dû à ce nouveau

diagnostic chez l’adulte, beaucoup de gens souffrent encore en silence

avec des étiquettes de « paresseux », « lunatiques », « sans écoute »,

« désorganisés », « mèche courte » ou « hyperactifs » car ce nouveau

diagnostic est complexe à dépister chez l’adulte.

VRAI ou FAUX ?

1. Le TDAH adulte peut être diagnostiqué à l’aide d’un questionnaire

disponible sur l’internet.

FAUX…et VRAI : Une bonne évaluation comprend en effet des

questionnaires disponibles sur internet ( voir le site de la CADDRA ou

www.attentiondeficit-info.com pour des trousses de questionnaires

fiables ) mais une entrevue clinique par un professionnel de la santé

est aussi nécessaire.

2. Le TDAH adulte peut être diagnostiqué par une évaluation en

neuropsychologie.

FAUX. Les tests de neuropsychologie peuvent nous aiguiller vers des

troubles d’apprentissage qui peuvent accompagner un TDAH mais chez

l’adulte, ces tests ne sont pas nécessaires pour diagnostiquer le TDAH.

3. Le TDAH adulte est très prévalent chez les personnes anxieuses.

VRAI. Le TDAH est rarement un diagnostic seul. Les études nous ont

démontré que 47% des personnes atteintes du TDAH souffrent

également d’une problématique anxieuse. Aussi, 38 % des personnes

ayant un TDAH ont développé un trouble de l’humeur ( dépression,

maladie bipolaire). On doit soupçonner un TDAH sous-jacent chez les

personnes qui ne répondent pas aux traitement traditionnels de ces

conditions.

4. Les médicaments à vie sont le seul traitement du TDAH.

FAUX. Certains patients peuvent réussir à cesser leurs médicaments

si ils obtiennent une rémission des symptômes après quelque temps et

que leur situation psychosociale est stable. D’autres peuvent même

répondre à des moyens non-pharmacologiques, tels que  la psychothérapie

ou l’adoption de saines habitudes de vie et ne nécessitent pas de

traitement pharmacologique.

N’hésitez pas à nous joindre pour plus d’informations ou pour une évaluation,

Il nous fera plaisir de vous éclairer et vous aider.

Partagez ce conseil santé!

Retour à la liste de conseils santé